fbpx

DARIUS KEHTARI

 

Darius Kehtari est le fruit d’une nurse suisse et d’un médecin iranien. Né en Suisse, à Sion, il est resté 5 ans dans ce pays avant de s’installer à Téhéran jusqu’à ses 10 ans. De retour en Helvétie, il y a poursuivi ses études d’acteur – une profession artistique qui ne pouvait pas lui échapper – au Conservatoire 

de Lausanne, jusqu’à son terme en 1993. Il se perfectionne dans divers lieux, notamment au Lee Strasberg Theatre Institute à New-York.

A son actif, Darius Kethari a joué dans plus d’une cinquantaine de pièces de répertoire de théâtre subventionné, dans des comédies de théâtre privé, en France et aussi à l’étranger. Il a tourné dans de nombreux téléfilms et séries pour France2, France3, Canal+, notamment dans « Helvetica », la nouvelle série de la RTS, qui sera diffusée cet automne. » 

En 2013, Darius Kehtari interprète le rôle d’un coach dans «Je suis prête», un court-métrage qui recevra le 1er Prix du Jury du Festival Nikon. « Aujourd’hui, ce festival connaît un succès pas possible.» On l’a vu aussi sur les planches 

de théâtres romands: au Pulloff, à Vidy, au Théâtre Kléber-Méleau, à celui de Montreux, endroit où il a tissé des liens d’amitié. «J’aime bien travaillé dans ces lieux romands», souligne Darius Kethari, qui a rejoint la troupe de «l’Ordalie» en dernier, engagé à La Fête des Vignerons. « J’étais un des régisseurs de plateau. C’est toujours intéressant et instructif de participer à un spectacle de l’intérieur. » 

Sa participation à « L’Ordalie », il l’a juge modestement de symbolique. « Je joue le rôle du Maréchal, j’arbitre le duel judiciaire.» Il s’est déjà produit dans 

un Château, celui d’Aubonne, dans une pièce de William Shakespeare, mise 

en scène de Séverine Bujard, grande comédienne aussi qu’il retrouvera pour son bonheur et sur scène en octobre au théâtre du Vide-Poche, à Lausanne, dans « La Moureuse ». Pour Darius Kehtari, le texte constitue la base d’une pièce. Celui de « L’Ordalie», signé Michel Moulin, est magnifique. «Tous, on éprouve un plaisir fou à l’interpréter.» 

Celui qui a fait dire à sa maman: « Il ne me fait pas rire mais c’est un très bon père » a du charisme et un humour débordant, qui est un langage mais aussi un moyen d’expression qu’il soigne à dessein dans le ton et dans ses mots. A quand un One man show? Il sourit. « C’est en cours. C’est pour 2020. Je vais démarrer le travail d’écriture. Pour l’instant, j’engrange des idées. » (J.W).

 

Darius Kehtari dans le rôle du maréchal
Rencontre avec Darius Kethari
Share:
Créé avec amour par Lions Creative sàrl